Ardeche Sports Nature : site officiel du club de randonnee de Saint-Félicien - clubeo

Du Grand Colon à la Croix de Belledonne

1 août 2023 - 23:22

 

Après avoir surfé sur la météo pendant presque 1 semaine, notre périple prévu depuis déjà quelques semaines a bien pu se réaliser.

Objectif du moment : randonnée sur 2 jours avec nuit en refuge.

Le massif retenu sera celui de Belledonne, au départ du site de Pré Raymond sur la commune de Revel.

Le rendez vous est donné à 6h30 à Saint Victor ce dimanche 30 juillet. Claire prend son bolide qui permet d’engouffrer Michel, Sophie, Monique et Damien, sans oublier les sacs à dos, bâtons et godasses de montagne.

Ce premier jour, nous partirons pour le sommet du Grand Colon par les sentiers sinueux tels un intestin grêle cherchant une sortie !!! (Bof !!!). Le départ du parking se gagne par un chemin parsemé de nids de poules, de bosses et de caillasses. La vigilance est de rigueur pour ne pas esquinter le carrosse familial de Claire. Mission accomplie !!!

Le premier kilomètre nous fait perdre 100m de dénivelé mais permet un échauffement en douceur. Au point côté 1290, au lieu-dit les « Quatre chemins », nous prendrons plein sud sur 500m avant de bifurquer sur notre gauche en azimut 144. Le chemin forestier se transforme en sentier. C’est beaucoup plus agréable mais la pente est raide et un D+ de 200m est rapidement atteint. La température n’est pas trop élevée ce qui ne nous déplait pas. La partie boisée garde un sol bien humide jusqu’à l’altitude de 1700m environ où le paysage se transforme en zone plus désertique dont seules quelques sapins bien motivés tentent de pousser avec le peu de terre que la nature veut bien leur offrir. Nous atteignons la baraque du Colon à 1750m.

Il nous restera à contourner une zone rocheuse jusqu’à 2100m avec le sommet de Chamrousse en tableau pour terminer l’ascension du Grand Colon où 4 moutons s’occupent de l’accueil des randonneurs. Sophie les croit perdus ! Moi, je pense qu’ils sont venus se mettre au calme du troupeau car ils ne supportent pas la colonie en alpage !

Nous tirons le pique-nique du sac et profitons d’un verre de jus de raison de la région de Valréas. Le paysage est splendide et les résidus de nuages encore présents lors de la montée se dissipent peu à peu.

L’après-midi se fera tranquillement pour rejoindre le lac Merlat où nous ferons une pose pour observer les plantes  et déguster la fleur de ciboulette sauvage. Les cris des marmottes se font entendre et résonnent entre les falaises. Impossible de les deviner !

La dernière de notre journée consistera à rejoindre le refuge de la Pra en traversant les alpages vides de ces brebis encore en vadrouille quelque part dans le massif. Michel ne mettra pas longtemps avant de craquer pour une tartelette aux myrtilles.

Repas collectif et nuit en dortoir de 10 personnes dès 21h30. Chose exceptionnel : peu de ronflement ou autres bruits bizarres et suspects pourtant si habituels dans tous les refuges de France et de Navarre. Pas déçus, mais presque… le mythe est rompu !!!

Lundi matin, levée à 7h30 pour le petit déjeuner. Le départ tranquillou milou se fera à 8h40. Jean-Marc est prêt depuis bientôt 20mn avec son sac sur le dos se demandant si la troupe avait bien prévue l’ascension ! Bref, le départ est donné pour 900m de dénivelé ponctué de cascades, lacs, névés à traverser et quelques pierriers à peu près stables malgré la pente. La famille bouquetin se laissera admirer en train de faire bronzette sur une arête rocheuse, une marmotte se laissera admirer sur notre droite.

Le sommet est atteint 3 heures plus tard et un 360° s’offre à nous pour une visite des massifs français que sont ceux du Mont-Blanc avec les Bauges en premier plan, de la Vanoise ave  la Grande Casse, le massif des Grandes Rousses et le Pic Blanc, sommet de la station de l’alpes d’Huez, l’Oisans avec la Meije et la barre des Écrins, le Dévoluy, le Vercors du Mont Aiguille en passant par le Grand Veymont jusqu’à la Moucherotte et enfin la Chartreuse avec sa façade Est du St Eynard au Mont Granier. Les 3 pics de Belledonne sont en enfilades devant nous et quelques cordées de grimpeurs terminent leur traversée.

Quelques photos plus tard, c’est une superbe descente physique de 1500m de D- qui nous attend. Nous la couperons à mi-chemin pour un pique-nique et un bon moment de farniente en observant quelques chamois descendus des sommets pour se désaltérer.

 

Commentaires