Ardeche Sports Nature : site officiel du club de randonnee de ST FELICIEN - clubeo

Vion Sécheras l'Iserand

18 février 2021 - 22:15

J’étais bien invité à l’une des réunions organisée par l’Arche Agglo ce jeudi 17 au matin, mais l’excuse de ne pas avoir eu l’ordre du jour m’a sauvée. Il aurait été fort dommage de ne pas profiter de cette journée radieuse pour aller traîner nos guêtres sur les sentiers locaux.

Rendez vous est donc pris à St Victor, place de la fontaine, pour nous rendre sur la commune de Sécheras, plus exactement au lieu-dit « les levées ». Le départ de la randonnée du jour est le point haut de notre circuit. Une fois n’est pas coutume.

Avec une parité non respectée, nous descendons par un premier chemin carrossable vite transformé en sentier balisé. L’itinéraire est un peu boueux par endroit mais rien de dramatique. Après avoir traversés le ruisseau de Mazérieux et remontés quelques mètres de dénivelé, nous rejoignons rapidement le château de l’Iserand datant du XIIème siècle, dominant la vallée plongeant sur le camping du même nom à Vion. Quand on parle de château, il s’agit surtout des quelques pans de murs qui subsistent de ses ruines.  Certains murs restent bien debout mais c’est bien grâce à un schéma situé à l’entrée du domaine qui nous donnera une impression générale assez explicite de ce que pouvait être la vie d’autrefois sur cet éperon.

Nous profitons de ce lieu historique quelques instants avant de nous reconcentrer sur notre thème du jour.

Le sentier fait le tour du vallon du ruisseau du Chatillon que nous traversons.

S’en suit un sentier en sous bois tantôt ascendant, tantôt descendant qui rejoint le hameau de Tourtouret au dessus de Vion. De là, c’est descente tout schuss jusqu’en bas de la vallée. Nous nous dirigeons plein nord sur quelques centaines de mètres avant d’explorer à la sortie du lotissement un chemin au dessus des vignes. De nombreux terrassements pour implanter de nouveaux ceps sont en cours et certains chemins tendent à disparaître après le passage des bulldozers.

La descente sur le camping de l’Iserand fait grincer quelques dents car la bête n’est pas folle et s’est bien aperçue que la remontée en sera plus rude et plus longue. En bien c’est gagné ! Le plus gros de la remontée par le côté opposé de la vallée du Mazérieux se réalise dans ses premières longueurs, avec 130m de dénivelé. Deux groupes se forment. Mireille et Catherine forme un binôme, Damien part en tête avec Simone à ses talons. Plus on avance, plus les paroles se font rares. Je ressens la présence proche de Simone confirmée par le tic tac de ses bâtons. Le rythme est bon, bien soutenu et régulier. La respiration se fait de plus en plus forte, parfois un peu bruyante ! Moi, je ne veux pas me faire doubler et elle, ne veut pas lâcher !!! Les deux teigneux tiennent bon et sont fiers d’arriver ensemble.

Quelques mètres plus bas, la seconde partie du groupe apparaît et s’apprête à nous rejoindre, prenant néanmoins le temps de souffler et se désaltérer en cours de route.

La suite de l’itinéraire  est beaucoup plus sympa en terme de difficulté. Un superbe chemin/sentier en balcon domine le château sur sa face opposée.

Un dernier coup de cul, et c’est l’arrivée à « les levées » après 10  km parcourus et 640m de dénivelé positif sur les hauteurs du Rhône

Commentaires