Ardeche Sports Nature : site officiel du club de randonnee de ST FELICIEN - clubeo

TOPO pour Le capitaine de sortie.

LES RESPONSABILITÉS DU CAPITAINE DE SORTIE. Aucune.

Le capitaine de sortie n’a aucune responsabilité juridique vis-à-vis du groupe qu’il anime. Il est bénévole et son autorité ne vient que de ses compétences bien comprises et admises de ses camarades de randonnée.

En d’autres termes, chaque adhérent est responsable de ses actes.

 

LE RÔLE DU CAPITAINE DE SORTIE: 5 fonctions majeures :

  1.  vérifier que les participants sont inscrits au FNSMR. (assurance)
  2. veiller à la sécurité globale du groupe,
  3. promouvoir la solidarité au sein du groupe
  4. faire suivre l’itinéraire prévu
  5. accueillir et encadrer les nouveaux sur la durée de la sortie

Avant le départ

  • Consulter la météo. Adapter votre parcours au vent, pour éviter une rentrée difficile.
  • le capitaine demande s`il y a des nouveaux, se présente et vérifie si tous ont déjà roulé en peloton

Consignes à donner :

    - la vitesse de réchauffement au départ (festina lente).

    - la distance à observer entre les cyclistes, mains sur cocottes prêt à freiner ou à       flatter les freins si besoin.

    - ne jamais dépasser le pneu arrière du vélo qui nous précède.

    - rouler en file indienne, sauf consigne différente du capitaine et rouler droit.

    - comment et quand indiquer les trous et autres éléments dangereux.

      Tous les cyclistes doivent relayer le signal.

  • Vérifier le matériel. Les freins sont-ils fonctionnels ? Les pneus sont-ils correctement gonflés, en bon état ?

Les personnes se présentant au départ avec un équipement jugé inadapté par l’animateur pourront se voir refuser la participation à la randonnée.

Sur la route

Le capitaine. Devant ou derrière ?

Il y a 2 écoles. C’est à chacun de voir.

Devant, cela permet :

  • de donner le bon rythme
  • de prendre la bonne direction (mais chacun doit connaître le parcours …)
  • d’arrêter le groupe en sécurité au bon endroit avec les précautions d’usage
  • d’informer quand un véhicule s’annonce par l’avant.

Derrière, cela permet :

  • de détecter des manquements à la sécurité et d’y remédier de suite
  • de s’assurer que personne n’est en difficulté (épuisement, ennui mécanique)
  • éventuellement de faire ralentir le groupe
  • de donner l’alerte quand un véhicule s’annonce par l’arrière (une paire de rétroviseurs est fort utile.

Pour conclure, si un capitaine est devant, l’autre est derrière.

 

La sécurité, c’est impérativement le respect du code de la route

Le capitaine de route n’est pas un policier. Comme les autres, il vient faire du vélo avec les amis. Il ne peut pas passer son temps à signaler les écarts par rapport aux règles de prudence. Mais il a de l’influence sur le groupe. En ce sens, son comportement sur la route fait école. Il est crédible pour appeler, lorsqu’il le faut, la vigilance des membres du groupe sur les comportements dangereux : priorités non respectées, virages coupés en descente, pelotons sur 3 files ou 2 files occupant toute la voie de circulation.

 

Les points de vigilance

*Les arrêts techniques, crevaison ou pause pipi, se traduisent trop souvent par une

occupation anormale de la chaussée. Le choix de la zone adaptée pour l’arrêt du peloton se doit d’être judicieux. La route est réservée à la circulation. Le capitaine de route peut être amené à rappeler cette règle.

*Les erreurs de parcours donnent souvent lieu à des manœuvres mal maîtrisées. De façon générale en peloton, tout changement de direction, tout arrêt doit être signalé au préalable.

*Doubler un groupe est un exercice délicat. Sur 2 files, difficile de doubler un peloton qui comporte également 2 files. Prévenir, mettre son peloton en file indienne, attendre d’avoir la place pour dépasser, quitte à perdre un peu de temps, est une sage précaution.

*La ville n’est pas notre terrain de jeu mais il faut bien suivre la route et celle-ci est parfois encombrée à l’heure des courses (alimentaires bien sûr). La file indienne est la formule la plus courtoise lorsque la route est encombrée. Prenons-en l’habitude.

 

PROMOUVOIR LA SOLIDARITÉ AU SEIN DU GROUPE

Un groupe solidaire est un groupe qui part ensemble et revient ensemble sans voir éreinté le moins en forme du jour ou abandonné en rase campagne un bon copain victime d’un ennui mécanique et /ou physique. Cela veut dire :

- rouler à allure régulière

- s’attendre en haut des côtes

- quand on en a les moyens, rouler devant pour prendre le vent

- s’arrêter tous et aider le copain en cas de crevaison ou d’incident mécanique

Le capitaine de route est là pour appeler le cas échéant à plus de solidarité.

 

Quelques remarques d’importance :

  • Un téléphone portable peut se révéler fort utile : 112, n° des autres adhérents, etc…
  • Profiter d’une pause (crevaison ou autre) pour rappeler les règles élémentaires,